01. Le plancher traditionnel japonais : le tatami.

Le tatami est le plancher japonais traditionnel. Il se présente sous forme d’une planche assez grande pour qu’une personne puisse y dormir allongée, recouverte d’une natte tissée en paille de jonc épars (paille de riz). Dans la règlementation, les tatamis font 55 ou 60 mm. Bien qu’il s’agisse d’un plancher, le tatami est composé d’une paille tendre, lui procurant une souplesse adéquate.

 

Dans les maisons japonaises, les tatamis sont posés sur le plancher. Les pièces les accueillant sont construites de sorte que les planches s’insèrent parfaitement, ce qui permet une pose sans interstices. La taille des tatamis diffère quelque peu selon le lieu et l’époque : en général, dans le Kantô les planches mesurent 176 x 88 cm, dans le Kansai, 191 x 95,5 cm, et dans les appartements, immeubles et autres constructions collectives, elles mesurent 170 x 85 cm.

 

              On indique d’ailleurs au Japon la taille d’une pièce en nombre de planches de tatami. Par exemple, on dira d’une pièce où peuvent entrer 6 planches qu’elle fait 6 jyo (tatami), et d’une pièce où en entre 4 et demi qu’elle fait 4 jyo (tatami) et demi. Sur les plans d’appartements des prospectus d’agences immobilières, la taille des pièces, qu’elles utilisent du tatami ou du plancher, est indiqué en nombre de tatamis avec par exemple un « 6 » ou un « 8 ».

 

              Lorsqu’on entre dans une maison au Japon, on retire ses chaussures. Pour les tatamis, on retire chaussures ou chaussons et on se déplace soit pieds nus, soit en chaussettes. La souplesse du tatami permet de s’assoir ou de s’allonger directement dessus. Cependant, en général, on pose un zabuton (coussin futon-siège) pour s’assoir, et un futon ou un matelas pour dormir.

 

De nombreux types de tatami

 

Il existe des tatamis où les bords et les angles sont recouverts d’un tissu (en-zuki tatami), des tatamis où ce n’est pas le cas (en-nashi tatami), ou encore des tatamis spéciaux pour le tokonoma (alcôve) de la pièce (tokonoma-yo tatami). Au Japon, le mot tatami renvoie en général aux en-zuki tatami. Ceux-ci ont une durée de vie longue car les parties fragiles que sont les bords et les angles sont recouvertes de tissus. Ceux-ci existent dans une variété riche de designs et couleurs, ce qui permet de les choisir en accord avec l’atmosphère et la décoration de la pièce.

 

Les en-nashi tatami sont surtout utilisés à Okinawa, ce qui leur vaut le nom de « Ryukyu tatami ». Ils sont moitié moins grand que les tatamis normaux, et de forme carré. Leur utilisation ressemble à celle du carrelage occidental car on peut mélanger les couleurs comme avec des tuiles de mousse pour le plancher, ou encore changer l’orientation des mailles pour qu’elles ne soient pas dans la même direction.

 

              Les tokonoma-yo tatami, comme leur nom l’indique, sont destinés spécialement au tokonoma (alcôve). Au Japon, il s’agit de l’espace d’environ 1 tatami, où l’on expose tableaux, compositions florales ou céramiques. Il est surélevé et construit dans un angle de la pièce destinée à recevoir les invités. Les tatamis qui y sont utilisés étant ornementaux, les bordures sont recouvertes de magnifiques tissus décorés d’armoiries appelés mon-beri. Cependant, n’étant pas destinés à une utilisation quotidienne, ils ne sont pas aussi résistants que des tatamis normaux.